Je suis persuadé que plusieurs parmi les snowbirds ont déjà pensé acheter un immeuble à revenus ou un condo aux États-Unis. Saviez-vous que plusieurs points sont à réfléchir avant de procéder à un tel achat?

« Ça fait cinq ans que j’investis en immobilier aux États-Unis et je me fais encore avoir; il faut avoir une très bonne équipe et ne pas s’éparpiller partout aux États-Unis», aux dires de M. Daniel Adam, courtier immobilier chez Royal de Montréal. M. Adam connaît très bien l’immobilier, car il est plongé dans ce milieu depuis plus de 20 ans et il commet encore des erreurs. Imaginez un investisseur qui débute!

Pourquoi les Canadiens décident-ils d’investir aux États-Unis ?

1. La rentabilité

Il est souvent beaucoup plus facile de trouver des immeubles rentables aux États-Unis qu’au Québec. Je parle ici autant de l’immeuble à revenus que de l’achat et revente rapide (FLIP). M. Daniel Adam parle d’une rentabilité entre 10 et 25% sur l’argent investi.

2. Le prix d’achat

Il est facile de trouver des maisons et des condos aux États-Unis dont le coût est inférieur à 40 000 $. Les Américains n’ont souvent pas d’argent et ne peuvent pas acheter à ce prix, car il y a des travaux à faire et la FHA (Federal Housing Administration) (genre de SCHL) ne finance pas justement en raison de tels travaux à effectuer. Un Québécois peut rénover cette maison et revendre cette même maison à 90 000 $. Les Américains vont pouvoir ensuite se financer avec un faible pourcentage en mises de fonds.

3. La Régie du logement

Le gouvernement du Québec est très impliqué dans la relation propriétaire-locataire tandis qu’aux États-Unis, on constate beaucoup moins d’ingérence et plus de facilité pour les propriétaires.

À quoi donc devez-vous porter attention ?

1. Vous devez constituer une compagnie US

Un des sports nationaux des Américains est la poursuite pénale, bien souvent pour des peccadilles. Si vous voulez devenir un investisseur sérieux aux États-Unis, de grâce, protégez-vous en investissant avec une compagnie et non en votre nom personnel.

2. Les droits successoraux

Assurez-vous de savoir ce qui arrive avec les immeubles lors de votre décès. Cela peut devenir très complexe si vous n’avez pas de testament dans l’État concerné.

3. Le financement

Presque tout se finance en argent comptant sans aucun prêt hypothécaire. Assurez-vous de jouir de bonnes réserves pour l’achat et les travaux.

4. La fraude

Vous résidez loin des immeubles et plusieurs fraudes sont possibles. M. Adam a vu des gens frapper aux portes de ses logements pour se présenter comme les nouveaux propriétaires et ainsi collecter de l’argent des loyers frauduleusement.

Aux États-Unis, votre réussite dépendra de votre équipe sur place. Ne soyez pas surpris de devoir changer souvent de membres de votre équipe.

Mes recommandations

1. Déterminer une ville seulement où vous voulez concentrer vos efforts.

2. Bâtissez une équipe solide: courtier immobilier, gestionnaire immobilier, entrepreneur, etc.

3. Prévoyez faire plusieurs visites dans cette ville au courant de l’année. Libérez-vous du temps.

4. Si vous êtes capable de travailler avec un Québécois ayant déjà son équipe en place, ce sera plus facile pour vous.

5. Faites vos devoirs avant tout investissement.

Source: http://www.journaldemontreal.com/2014/03/03/investir-dans-limmobilier-aux-e-u-les-pour-et-les-contre

À propos de l'auteur
46 articles à son actif

Robert Raymond

Courtier immobilier d’expérience et de confiance de la Grande région de Montréal. Membre de l’équipe des professionnels Services Immobiliers Versailles DB Inc. située au coeur de l’activité immobilière de l’Est à la Place Versailles. Je vous offre un feuille de route impécable avec des références clients à profusion. Le marché immobilier, mais surtout la relation client, est une passion pour moi. Je comprends et supporte mes clients dans une décision émotionnelle de vendre ou d’acheter une propriété, qu’elle soit une copropriété, une unifamillialle. duplex, triplex ou toutes autres propriétés du secteur résidentiel.

113 queries in 0,491 seconds.
À propos de ce site
Outils